AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

« Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: « Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL) Dim 9 Nov - 9:51

Solal Nuno Rosebury


" Peu importe qui vous êtes, peu importe la façon dont vous vivez,
peu importe ce que vous possédez, vous rêvez toujours d’autre chose. "



Feat. Samuel Larsen ♥
Nom Rosebury, plus typiquement anglais, tu meurs.
Prénoms Solal et Nuno, deux excentricités que je dois à ma mère, brésilienne de souche.
Lieu de naissance São Paulo, au Brésil.
Age Dix-huit ans. 
Métier ou Année d’étude Première année d'université en filière Dragonneau pour devenir soigneur d'animaux et de créatures magiques.
Ex-Maison (plus de 18 ans) Ancien Serpentard, étrangement.
Baguette Bois d'aulne, mesurant 26 centimètres et contient un crin de licorne.
Patronus Un wombat. Adorable mais furtif et féroce quand on l'approche trop agressivement.
Animal de compagnie Un rat gris, prénommé Baz. Qui est généralement toujours crocheté sur son épaule.
Statut civil Célibataire.
Statut Financier Correct.
Sang Son sang est mêlé. Une sang-pur brésilienne et un sang-mêlé anglais.
Matières optionnelles Arts d'expression, Musique et Médicomagie.
Epouvantard La sensation d'être entravé, étouffé, nullement libre de ses mouvements. Tout cela est représenté par sa propre silhouette attachée de toutes parts, une pression qui obstrue sa gorge.
Amortancia L'odeur de la forêt après la pluie, du cuir neuf et du jasmin.
Sort favori Silencio.

Solal, c'est comme un animal sauvage. Il reste silencieux, de prime, il observe ce qui l'entoure. Il laisse ses yeux vagabonder de visage en visage. Détaillant les traits, les postures, les masques docilement mis en place par ses "congénères". Il voit pas, il regarde. Il comprend ce que les gens cachent, il comprend ce que vous essayez de dissimuler. Ce qui finit par ressortir dans vos yeux, sur le tic nerveux de votre bouche. Mais il ne dira rien, il n'a aucun pouvoir sur ces faits. Il va garder ça, dans un coin de son esprit, pensant peut-être que ça sera utile un jour, pour quelque chose. C'est l'infime ersatz de serpent qui réside en lui. Avec l'ambition qui le consume, de devenir un des plus grands soigneurs de créatures magiques. D'en définir la découverte, aussi. Son but, avec la musique. Parce qu'elle l'accompagne depuis toujours, dans sa solitude, dans sa chaleur, dans son monde un peu lointain. Il semble un peu ailleurs, Solal. À rêvasser, à penser à tant de choses que cela en ferait tourner votre esprit. Il préfère errer dans la forêt, s'asseoir contre un arbre et laisser la nature et la faune venir à lui. Il préfère voler, foncer à vive allure entre les nuages et sentir l'air courir contre sa peau, faire voltiger ses longs cheveux. Il est doux, comme une barba-papa. Il est gentil, il semblait étrange, comme un point lumineux dans cette masse de serpents rusés et machiavéliques. Il contredisait largement ce que les rumeurs avaient mis tant de temps à établir. Tout n'est pas noir ou blanc. Il a des centaines de nuances de gris. Plus qu'il n'y paraît à première vue. Il est pourtant discret, il n'essaye pas de se faire voir. Mais on ne peut pas manquer cette haute stature de plus d'un mètre quatre-vingt, cette masse de dreads soignés et coiffés en arrière, ces deux anneaux qui scintillent autour de sa narine gauche. Ces vêtements chatoyants, confortables plus qu'esthétiques. Il est beau dans son uniforme, pourtant. Mais il passe trop de temps à l'extérieur pour se soucier de son image vis à vis des autres. Il s'en fout, d'ailleurs. Il n'est pas là pour plaire. Il est si rare de le voir se mettre en colère que cela en devient étrange, surprenant. Ses lèvres qui se pressent en un rictus déplaisant. Ce feu qui brûle dans ses yeux. Mais le pire, c'est ses mots. Ils tranchent, rasent, piquent. S'insinuent comme le plus venimeux des poisons. Et c'est là qu'on comprend pourquoi le choixpeau l'avait envoyé dans la maison de Salazar. Il sait faire mal, il sait pointer ce que l'on veut oublier pour nous le renvoyer au centuple dans le visage. Il sait appuyer sur ces points que l'on essaye désespérément de cacher. Solal est comme une montagne. Solal est calme, plaisant, sa compagnie est comme celle du soleil. Mais parfois il s'éteint et le tremblement gigantesque est proche.


Il faut bien que la vieillesse se passe.

Il est né dans une chambre remplie de lumière. Des guirlandes qui faisaient pulser des ondes rougeoyantes, verdoyantes, céruléennes. Il est sorti dans un cri, dans un soupir, sous le regard émerveillé de celle qui l'avait enfanté. Il est sorti dans la fête, parmi l'agitation qui régnait, sempiternelle, à São Paulo. Le Carnaval de Rio s'était étendu jusqu'au villes avoisinantes, avec cette atmosphère survoltée et bruyante. Ce visage aux traits mâtes, dont il avait délicatement hérité. Isabel avait tellement contemplé son enfant qu'elle aurait pu dessiner son visage les yeux clos. Solal. Cette bénédiction que Merlin lui avait finalement accordé. Il avait été bercé de cette animation journalière qu'était celle du Brésil pendant cinq années avant qu'ils ne s'en aillent tous. Avant que le patriarche ne soit appelé à revenir dans sa contrée natal, emportant sa précieuse famille à ses côtés. Londres. La capitale. Ses marchés chatoyants, cette même agitation que celle qui court dans les rues pavées de sa ville natale. Il avait survolé les nuages, il avait réalisé le rêve secret de l'homme, celui de voler. Ils s'étaient posés dans la pluie, dans le brouillard. Il avait déjà cette nostalgie qui serrait son petit coeur d'enfant. Le soleil qui ploie, cette chaleur rassurante et cette lumière presque intempestive. Le début d'une nouvelle aventure, en terrain inconnu.

Six années qui s'écoulent doucement, sous la bruine humide de Londres. Six années à s'acclimater à cette population pleine de traditions, d'habitudes. Six années à s'habituer lentement à ne plus courir dans les rues les pieds nus, à ne plus mettre la musique sur le volume le plus élevé. Six années à découvrir les ruelles, les jardins, les parcs. À essayer de ne plus rouler certaines lettres de l'alphabet tandis qu'il apprenait la langue de ce pays si conservateur de la monarchie. Mais il avait toujours gardé ce côté hispanique dans ses traits autant que dans sa prononciation des mots. Et il y avait eu la magie, survenue un jour comme ça. Des garçons qui s'en étaient pris à un autre, plus frêle, plus délicat. La cruauté des êtres humains qu'il avait pu voir se concrétiser de son propre regard. Et la colère, cette boule noire et incendiaire dans son coeur, qui avait grandi, grandi. Grandi encore, jusqu'à ce qu'une vitre éclate, jusqu'à ce que la lumière s'éteigne soudainement. Le vent s'était fait légèrement plus fort, comme un courant mouvementé, malmené. Ils avaient eu peur, ils avait pris la fuite, apeurés les éléments. Se souvenant que ce que Mère Nature nous donne, elle le reprend quand elle le désire. Il avait conté cet événement aux siens, qui l'avaient doucement préparé à se confronter à son avenir. Il allait pouvoir se rendre dans l'immense, dans l'archaïque, dans le renommée institution qu'était Poudlard. Laissant son coeur gonfler, gonfler, jusqu'à presque en exploser de joie.

« Serpentard ! » Ne marquait sa surprise que la pression de sa mâchoire, l'agitation de ses yeux qui voguaient de droite à gauche. Il avait dépassé ces immenses portes, contemplé les dalles de pierre froide, la lumière diffuse des flambeaux allumés. Il avait contemplé la multitude d'élèves qui s'amassaient comme lui dans la salle principale de l'école. Mais il ne s'était pas attendu à se retrouver dans la maison de Salazar. Il n'en avait aucune l'image. Pourquoi ? Cette question avait résonné dans sa tête, parvenant sans nul doute à l'objet rapiécé qui repartissait les enfants dans leurs différentes maisons d'accueil. « Tu possèdes des qualités propres à cette maison, Rosebury. Tu découvriras par toi-même que ce que l'on croit être mauvais ne l'est que si l'on va dans ce sens. Bon courage. » Puis la voix dans sa tête avait subitement disparu et il s'était mécaniquement rendu en direction de sa table, l'air hagard, éthéré. Ses longues ondulations brunes venant chatouiller ses omoplates. Il avait toujours apprécié sentir la caresse de ses cheveux contre sa peau, sa longue crinière ajoutant un charme animal à ses traits étranges. Il avait fini par évoluer au rythme de sa croissance capillaire. Grandissant, développant une mince et svelte carrure. Allongeant la liste de ses connaissances, de ses compétences. faisant accroître la puissance de sa magie, toujours aussi survoltée lorsqu'elle était liée à de puissantes émotions. Solal avait vécu ce qu'était Poudlard, avec ses rebondissements, ses éclats de voix autant que de rire. Poudlard dans toute sa splendeur, sa suprématie.

Il se retrouvait là, à repenser à sa maigre existence, devant les portes du bâtiment Merlin. La nouvelle université magique, la nouvelle promesse d'avenir des jeunes sorciers. Pouvoir approfondir son cursus pour étudier une voie particulière. Il se trouvait là, avec sa sacoche de cuir brun, ses longues dreads battant l'air à chacun de ses pas. Il allait commencer une nouvelle année et créer son futur, combattre le destin et s'imposer en maître. Il avait toujours su dans quel monde se vouer, il voulait s'approcher le plus des créatures magiques. Il voulait appartenir à ces hordes sauvages, presque irréelles. Il se souvint de cette rencontre, inouïe, surnaturelle. Qu'il pensait presque avoir imaginé tant elle lui paraissait improbable. Une créature qui ne devait plus avoir de représentante en ces lieux. Horrifiées par le massacre d'une des leurs, pour servir la cause du défunt mage noir. Mais il semble que la vie reprend ses droits et offre une nouvelle chance aux licornes de pouvoir s'épanouir dans la paix. Il avait senti un souffle sur son épaule alors qu'il se reposait paisiblement dans une clairière au beau milieu de la forêt interdite. Il s'était senti à sa place, au beau milieu de cet endroit désert, aux côtés de cette créature qui suintait la pureté et l'innocence même. Il s'était senti accepté, apprécié, intégré. Les licornes n'apprécient pas les hommes en général mais elle était venue à lui, comme ça. Simplement. Ils étaient restés l'un auprès de l'autre, de longues minutes qui avaient paru des heures. Il avait pu passer sa main dans la soyeuse crinière, celle-là même dont un crin composait le noyau de sa propre baguette. Un moment hors du temps, hors de l'espace. Et lorsqu'elle avait disparu, sa blanche lumière faiblissant entre les fourrés, il s'était senti affreusement seul. Mais dans son coeur, il sentait la poussée d'une détermination sans failles. Il allait parvenir à son but.


Miroir du Rised


Alors, c'est quoi ton pseudo? Écrire ici
Ah! Et quel âge as-tu? Écrire ici
Hm hm! Et comment as-tu connu le forum? Écrire ici
Et que penses-tu de Riddikulus ? Écrire ici
Et un commentaire avant de terminer? Écrire ici



Dernière édition par Solal M. Rosebury le Dim 9 Nov - 18:08, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Je ressemble beaucoup à : Naomi Scott la magnifique
Points : 265
Parchemins rendus : 1716

Alohomora !

Who I'm I
Chocogrenouilles: 0
Rps en cours:
Cours et clubs:



MessageSujet: Re: « Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL) Dim 9 Nov - 9:55

Samuel Larsen Bienvenuuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Je ressemble beaucoup à : Evan Peters #LeDieu
Points : 150
Parchemins rendus : 582

Alohomora !



MessageSujet: Re: « Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL) Dim 9 Nov - 9:57

Bienvenue à toi !  

OMFG ton vava me rapelle tant de souvenirs **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Re: « Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL) Dim 9 Nov - 9:58

Oooooh merci

EVAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN PETERS
Revenir en haut Aller en bas
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Re: « Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL) Dim 9 Nov - 12:12

Bienvenue !!!

Samuel est juste parfait ! J'ai hâte de lire la suite de ta fiche. Et si jamais tu as une quelconque question, sache que tu peux me mpotter sans problème.
Revenir en haut Aller en bas
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Re: « Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL) Dim 9 Nov - 12:36

Oh merci jolie jeune fille

Je viens de remarquer que mon ancien personnage ici, d'avant la fermeture indéterminée, est toujours là Priam, Ace et Robyn se souviendront certainement de moi, j'étais Frankie

Mais merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Points : 35
Parchemins rendus : 175

Alohomora !



MessageSujet: Re: « Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL) Dim 9 Nov - 16:32

FRAAAAANKIIIIIIIE
( J'étais Skylar, fondatrice, je suis pas une schizo qui s'invente des amis.. xD )
Ça fait tellement plaisir de te revoir parmi nous !
J'adore le personnage de Solal, ta fiche est super agréable à lire pour le moment
Et puis Larsen, quel choix
Si t'as besoin de quoi que ce soit hésites pas surtout hein !

_________________

you and me we're bumper cars
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Re: « Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL) Dim 9 Nov - 16:59

Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Re: « Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL) Dim 9 Nov - 17:09

SKYYYYYYYYY
Je suis également très contente d'être revenue, c'est toujours une aussi bonne ambiance

Et que dire de ton choix, mon dieu
Je finis ce soir

Domino, c'est énorme parce que ton pseudo reprend deux personnages que j'aime bien dans deux sagas différentes

Fiche terminée
Revenir en haut Aller en bas
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Re: « Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL) Dim 9 Nov - 18:48


Félicitations, tu es validé !





Toute l'équipe te souhaite la bienvenue parmi nous et te remercie de ton inscription. Tu es à présent à Serpentard. Nous espérons que tu t'entendras bien avec tes camarades de maison. Ils seront à présent comme ta deuxième famille, ici, à Poudlard. Tu trouveras ci-dessous une liste des liens qu'il te faut visiter pour t'intégrer entièrement dans le forum. Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésites pas à contacter le staff. Ils sont chiants et un peu bizarres mais ils mordent pas.

❥ Règlement
❥ Annexes
❥ Bottin des avatars
❥ Activités et clubs du collège
❥ Flood privé des Serpentards



Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »




Alohomora !



MessageSujet: Re: « Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL)

Revenir en haut Aller en bas

« Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé. » (SOLAL)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Hope ☼ Vivre, ce n’est pas seulement respirer... C’est aussi avoir le souffle coupé.
» [M'ci pour la validation ^^] C'est chiant de se lever... C'est chiant de respirer... C'est chiant de vivre... J'aurais tellement voulu être un cheeseburger !
» Sakura Kami - Ne penser seulement qu'à respirer
» Il faut vivre.
» DARLING petit bichon facile à vivre (78) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❥ Riddikulus  :: Chez les Moldus :: Pensine :: Fiches de présentation/liens-